Aller au contenu principal du site

L'Histoire de l'Auberge de Maison Monsieur

Historique

La création du Hameau Maison Monsieur

 

La plus ancienne mention d'une occupation humaine remonte à 1494. Le conte de Neuchâtel donne l'ordre de défricher l'endroit et d'y étabilir un péage. A cette époque, La Chaux de Fonds ne comptait que quelques maisons regroupées autour d'une résidence de chasse des seigneurs. Une église n'y sera bâtie qu'en 1523, et le village ne sera élevé au rang de commune qu'un siècle et demi plus tard. On projette la construction d'un pont que ne verra jamais le jour.

 

 

La "Ferme" de péage

 

En 1545, Réné de Challant, comte de Neuchâtel, fait remplacer la cabane de péages par une construction en dur, ou il résidera à l'occasion. On parlera dès lors de "Maison à Monsieur". Ce sera dorénavant le principal point de passage entre la Principauté d'une part, la Franche-Comté et le Pays de Montbéliard d'autre part. D'ou l'importance de péage, dite "ferme".

 

Le fermier est alors un personnage important. Il cumule les fonctions de douanier et de transporteur. C'est lui qui fait traverser le Doubs aux voyageurs, qui prélève les taxes sur les marchandises, contrôle ceux qui passent la frontière. Il a mission de signaler tout acte ou personnes suspectes de "Veiller sur tous garnements",Iarrons, voleurs, blasphémateurs et autres gens de mauvaise vie...". Comme le rapport en 1903, l'historien Arnold Robert, citant une prestation de serment de 1662.

 

 

Le Village s'agrandit et un pont apparaît 

 

En 1716, on dénombrait 16 maisons autour de la "ferme". Cette dernière allait connaître bien de vicissitudes. Plusieurs fois reconstruite, notamment après un incendie, elle abrite aujourd'hui le restaurant. Les dernières transformations importantes remontent à 1898, à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe, les bords du Doubs abriteront de nombreuses rencontres de révolutionnaires.

 

La Maison-Monsieur verra aussi défiler les réfugies : royalistes Franc-comptois fuyant la terreur en 1793, unité française en déroute lors de la guerre de 1870, Communard Parisien échappant à la terrible répression de 1871, parmi lesquels le peintre Courbet...

 

La société philanthropique des Sonneurs issue des milieux révolutionnaires neuchâtelois, allait y construire le pavillon qui porte son nom au milieu du siècle. C'est là que le grand Conseil allait sonner le glas du lieu de passage, en votant, en 1880, la construction du pont de Biaufond, inauguré l'année suivante.

 

 

Le renouveau du XXème à nos jours 

 

La Maison-Monsieur ne dépérira pas pour autant. Au tournant du siècle, l'urbanisation allant de pair avec la redécouverte de la nature, cet endroit deviendra le lieu de détente qui l'est encore aujourd'hui. Rénové une première fois en 1952 et 1956, l'hôtel de La Maison-Monsieur n'a connu aucune transformation mis à part l'aménagement en 1984, d0une grande annexe, en dortoir très confortable de 30 lits. C'est en novembre 1994 que débuteront les grands rénovations de l'hôtel. Il faudra entreprendre la réfection de la toiture, du première étage, de la cuisine et du restaurant. Les sanitaires seront adaptés au besoin pour les personnes handicapées. L'ouverture était prévue pour le mois de juillet 1995.